"La légitimité de la mise à mort des esprits libres est clairement revendiquée par l'islam politique. Leur élimination est programmée et se joue sur plusieurs niveaux. Le terrain juridique en est un et il n'est pas des moindres. Des poursuites judiciaires sont désormais intentées contre des militants laïques et féministes sous de faux prétextes. Cette nouvelle stratégie qui s'apparente à une "guerre juridique", s'est visiblement mise en place, afin de museler quiconque use de sa liberté de parole pour critiquer l'islam radical et tester la résistance des "cibles" et des institutions. En France, le procès des caricatures de Charlie Hebdo en a préfiguré le terrifiant engrenage. Le procès contre la crèche Baby Loup a suivi, avec ses interminables rebondissements judiciaires dont la directrice, Natalia Baleato, est sortie victorieuse, mais au prix d'un long combat."

.../...

"Ne nous trompons pas sur les véritables motivations des auteurs de ces attaques d'un type nouveau. D'abord, il s'agit de faire régner la peur pour empêcher toute expression critique envers l'islam ou contre la façon dévoyée dont certains veulent l'imposer à d'autres. Ensuite, il s'agit de mettre une pression démesurée sur les personnes visées, pour les épuiser psychologiquement et financièrement, les ostraciser et les éliminer du débat public. Bref, les décourager de continuer à s'exprimer publiquement."

 

texte complet :

http://www.levif.be/actualite/international/la-liberte-d-expression-a-l-epreuve-du-harcelement-juridique-de-l-islam-politique/article-opinion-520681.html