"L’auteur du carnage de Nice est un musulman qui applique le Coran et la Sunna à la lettre"

"La réponse est dans les textes de loi de l’islam, le Coran et les Hadiths ?    Mahomet lui-même, le modèle de tous les musulmans  est le premier terroriste, se définissant lui-même comme le prophète du carnage et qu’ils sont tenus à suivre s’ils  ne veulent pas servir de combustibles aux feux de l’enfer, n’était pas un Terminator tant qu’il était sous la coupe de Khadija, sa première (et vieille) épouse.

Autant essayer de disculper un nazi de ses crimes contre l’humanité plutôt que de chercher à atténuer la responsabilité de l’islam dans l’inoculation du virus terroriste chez les siens.

Tout musulman quel qu’il soit tant qu’il n’a pas abjuré l’islam peut être une bombe à retardement. Le tueur de Nice n’a pas été élevé dans un Ashram d’Amour ni chez les Moines bénédictins,  chez les Mormons  ou parmi les Zoulous est un pur produit de l’école musulmane qui est l’antithèse de l’école de la république qui sème dans le coeur des enfants les graines du l’islamo-centrisme, du suprémacisme, de l’ultra-violence, du racisme anti-juif, anti-chrétien, de l’athée, de l’apostat, de l’intolérance et de la négation du droit à la différence et au libre-arbitre.

Egrener son histoire de vie comme un chapelet pour lui donner des apparences d’un pécheur et qui se serait radicalisé en un temps-éclair comme s’il n’était pas déjà conditionné mentalement et idéologiquement depuis qu’il était à l’état foetal n’est pas seulement une profanation de la mémoire des 84 victimes et une nouvelle blessure infligée aux 18 blessés mais également une apologie du terrorisme. Son acte abominable était surtout dirigé contre la France et sa main étai armée par le Coran.

Comme tout musulman qui reçoit le message coranique 5/5 il est passé du stade de l’ennemi de l’ombre de l’humanité à celui du bourreau exécutant la sentence capitale coranique réservée aux mécréants."

 

https://salembenammar.wordpress.com/2016/07/21/lauteur-du-carnage-de-nice-est-un-musulman-qui-applique-le-coran-et-la-sunna-a-la-lettre/