"La République, toute la République et rien que la République, voilà qu'elle est la réponse que les Français attendent et cela passe par le respect de la laïcité, qui est un point non négociable. L'Islam doit accepter ce que les catholiques ont accepté. Un point c'est tout. Et la République n'a pas à se poser la question de savoir quel degré de difficulté cela représente pour des croyants. Ni si l'Islam est compatible ou incompatible avec la République. Quelle que soit la religion, la règle est la même et c'est au croyant de trancher: s'il refuse la loi commune au nom de la religion, alors il peut choisir de partir ou de vivre en marge mais n'a pas à réclamer que la loi change à son profit. La règle est simple, elle gagnerait à être intégralement appliquée, car elle garantit la liberté de conscience en tant que droit individuel et non en tant que droit lié à l'appartenance communautaire: «La république ne reconnaît ni ne salarie, ni ne subventionne aucun culte».

Car ce pacte, proposé par un pouvoir faible et largement désavoué, met en danger ce que nous sommes. Il est un terrible aveu d'incompréhension de ce qu'est la république, la laïcité et l'esprit d'émancipation de notre pays. Pire même, il appelle la violence, sans le vouloir. En effet, il est plus que temps que nos gouvernants arrêtent de paniquer, se reprennent et fassent leur travail: incarner et défendre ce que nous sommes, le souffle de liberté qui nous anime et non pas vendre nos idéaux pour acheter une paix sociale qu'ils n'obtiendront pas. Car une telle faiblesse nous expose et est en elle-même une provocation à la violence."

Céline Pina.

le texte intégral:

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/08/02/31001-20160802ARTFIG00126-celine-pina-le-pacte-avec-l-islam-pourrait-se-transformer-en-pacte-avec-les-islamistes.php