je crois que j'ai rarement lu un texte aussi percutant sur la condition féminine!

extrait :

"La Femme doit, au bout du compte, disparaître, s’effacer, se taire, se confondre avec une sorte d’utérus asexué, se terrer, se faire pardonner le corps et les sens, mourir, s’excuser d’être née, se dissoudre, se transformer en tâches ménagères ou en brebis que l’on échange. Le contre-nu est une entreprise d’effacement de traces de la femme dans le monde diurne. Après le rire et la robe ample et obscure, on va arriver au stade ultime de l’extermination visuelle, l’enterrement, la proscription totale. La Femme ne doit pas être. Que veut Daech alors ? La disparition de la trace de son malaise, de son déséquilibre et de son humanité. L’agent Daech sait que la femme prouve qu’il est faillible, humain, mortel, né d’une femme et pas du ciel, tenté, sexuel, désirant, faible et passible d’amour ou d’étreinte. Elle est la preuve de sa condition, le lieu de sa perdition, le champ irréductible à ses divinités sombres. C’est la vie, en courbes et rires. L’ancienne déesse « Ellat », très antique, très présente. Ennemie de l’islamiste, djihadiste, malade, conservateur, frustré ou malheureux errant entre les dieux."

le texte complet:

http://www.lacauselitteraire.fr/dissoudre-la-femme-l-entreprise-morbide-du-contre-nu-par-kamel-daoud