L'argent public en France semble être dépensé sans stratégie collective. Un déficit ? un impôt ou une taxe en plus !

Pourtant il existe des possiblités d'être plus pertinent dans nos dépenses, pour cela il faudrait des hommes/femmes politiques sans égo, sans ambition personnelle autre que la réussite du pays France. Ces personnes existent elles?

Pour économiser quelques milliards l'économiste Jean Gadrey propose quelques pistes :

 

L'assistanat des riches nous coûte un " pognon de dingue " !

L'aide sociale et les minima sociaux coûtent environ 70 milliards d'euros par an aux finances publiques, soit 3 % du produit intérieur brut (PIB). Ces prestations contribuent de façon décisive à réduire la pauvreté et les inégalités.

https://www.alternatives-economiques.fr

soit environ 150 milliards hors évasion et fraudes fiscales !

il y a aussi la fraude aux prestations sociales évaluée selon Charles Prats (magistrat) à 14 milliards par an :

 

L'État laisse-t-il passer des milliards d'euros de fraude aux prestations sociales ?

LE SCAN ÉCO - Selon le magistrat spécialisé Charles Prats, quelque 1,8 million de numéros de Sécurité sociale seraient basés sur des documents frauduleux, alimentant une escroquerie qui pourrait s'élever à plusieurs milliards d'euros chaque année. L'administration assure au Figaro que le...

http://www.lefigaro.fr

 L'évasion fiscale est, elle, estimée à environ 100 milliards d'euros.

on obtient un total de 264 milliards d'euros par an, 264 milliards d'euros qu'il faudrait aller chercher.

A cela il convient d'ajouter que les finances publiques subventionnent le cinéma (400 millions par an), la presse (400 millions par an) et les syndicats (100 millions par an) on arrive à un petit milliard....(chiffres à préciser)

N'oublions pas le coûts des agences de l'état (environ 50milliards):

 

Ces agences d'Etat inutiles et aux missions obscures

Manuel Valls a promis de réduire les coûts de fonctionnement des agences de l'État qui représentent chaque année 50 milliards d'euros. Voici l'inventaire de ces comités fantômes auxquels le gouvernement pourrait s'attaquer. Les agences de l'Etat sont dans le collimateur du gouvernement.

http://www.lefigaro.fr

Il y a également des milliers d'associations financées par le contribuable et qui pour certaines ont des objectifs ou une philosophie qui ne sont pas véritablement républicains, par exemple : la République est "une, indivisible, sociale et laïque" selon notre constitution, toutes les associations qui s'éloignent de cette définition ne doivent plus percevoir d'argent public. On apprend dans le Canard du 30 avril 2019 que la pièce de Bernard Henry Lévy a été financé par France3 (230000€) et Arte (200000€) : l'argent public finance la pièce "looking for Europe de BHL ! Qui décide d'attribuer ce "pognon de dingue" à une pièce idéologique? Il y a aussi les pseudos experts en politique, sécurité, terrorisme, sociologie, statistiques etc....qui viennent déverser leur "science" sur les chaînes TV en étant financés via des instituts, des fondations payés par l'argent public.

L'argent public ne doit plus financer les mythologies, c'est aux croyants de s'organiser dans leur activité spirituelle, la fin du concordat en Alsace-Lorraine s'impose. Le coût des écoles privées confessionnelles doit être revu à la baisse : l'argent public doit aller en priorité à l'école publique.

Chaque euro d'argent public dépensé doit être justifié d'une utilité publique.

On se demande donc et toujours où passe NOTRE pognon de dingue !

Handicap :

Après cette analyse quantitative, on peut aussi faire une analyse qualitative, par exemple dans le domaine du handicap, celui de l'autisme, il y a un gaspillage d'argent public qui pourrait facilement se chiffrer : une journée pour un enfant dans une institution (IME,SESSAD, HdJ) coûte entre 400€ et 600€ pour ne rien faire ou si peu. Payer directement au parent de l'enfant handicapé une somme de 200€ par journée ouvrable soit 1000€ par semaine ou 5000€ par mois, permettrait de diviser le coût de l'autisme par 2 ou 3 et surtout de mettre en place une véritable prise en charge. J'ai en tête le coût de 6,7 milliards d'euros annuels pour l'autisme, on pourrait en payant directement les parents diviser ce coût par deux, la Suède fonctionne de cette manière.Cela peut s'appliquer à tous les handicaps : les institutions pour enfants sourds et muets et les institutions pour enfants aveugles doivent disparaître et les enfants doivent à l'école de leur domicile avec une AVS financée par leurs parents. Donc économie sur le court terme de 3 milliards d'euros et sur le long terme une véritable prise en charge permet en développant l'autonomie des personnes un financement en très nette diminution, avec un bien être et un bonheur pour tout le monde.

Il faut aussi repenser le coût des EHPAD et la bientraitance envers nos ainés, ces établissement doivent être exclusivement public.

Fonction publique territoriale et départementale :

Le fonctionnement de l'ASE doit être revu en terme de qualité du travail des salariés qui n'appliquent pas  toujours les lois de protection de l'enfance telles qu'elles devraient l'être. La fonction publique territoriale doit, elle aussi, être auditée en terme qualitatif et quantitatif (avec des organigrammes hiérarchiques et fonctionnels clairement définis : qui fait quoi et comment?).

Les salaires des hauts fonctionnaires doivent être revus à la baisse ainsi que les salaires des présidents des commissions indépendantes de l'état (voir l'article du Figaro plus haut), un état endetté comme la France doit réduire ses coûts salariaux tout comme une entreprise le ferait.

Les retraites des parlementaires doivent être diminuées : chaque année l'assemblée nationale vote un budget pour payer ces retraites de parlementaires qui ont échoués dans la gestion de la France, on doit baisser ces retraites et supprimer les cumuls des retraites des politiciens. 

Justice : les procureurs de la République doivent être élus par leurs concitoyens, leur déroulement de carrière fixé en dehors de toute influence politique.

Europe :

je suis pour le maintien de la France dans l'UE, pour le maintien de l'Euro, pour la dissolution de la commission européenne : c'est au parlement européen représentatif des citoyens européens de décider des politiques européennes. Les traités doivent être renégociés et soumis à l'approbation des peuples européens. Le financement des OPEX des armées françaises (au Mali par exemple) doit être déduit de  notre contribution au budget européen.

France :

Les élus doivent avoir des objectifs à tenir. En mettant en place des indicateurs qualité de leur travail (nombre de SDF, nombre de chômeurs, nombres de personnes "pauvres" etc...) on doit pouvoir remettre en jeu leur mandat. Cela peut se faire à tous les niveaux.

Le patrimoine français doit avoir un périmètre intouchable (donc non privatisable) : l'accés à l'eau potable, l'agro-alimentaire, l'énergie....Il faut définir ce qui doit rester dans le bien commun.

De manière générale il faut remettre d'actualité l'abolition des privilèges des élus nationaux et européens pour ne garder qu'un salaire conséquent et une protection policière si nécessaire.

L'immigration

Il faut poser la question de l'immigration économique en terme de besoin et distinguer clairement les réfugiés politiques. L'immigration économique doit définie et on doit se tenir aux besoins énoncés, l'Agence Française du Développement doit être transparente dans son fonctionnement et cesser d'enrichir les dictateurs étrangers.

Post initial : le 7 avril 2019

première modification le 8 avril 2019

deuxième modification le 9 avril 2019

troisième modification le 22 avril 2019

quatrième modification le 1er mai 2019.